Les Bourgeois de Calais

Publié le par Marc-Antoine


Site Officiel

Myspace


Dès 1958, les deux frères Pierre et Claude Lachèvre (né en 1942 et 1945), avec leur cousin Patrick Legros (né en 1945), jouent avec ardeur sur leurs guitares sèches et banjos, en compagnie de leur ami d'enfance Jean Guiguet (alias Bambino, né en 1945) qui frappe sur une batterie de fortune. Influencés par le skiffle venu d'outre-Manche, si proche de la ville de Calais grâce à son intense trafic maritime avec l'Angleterre via Douvres, ils prennent le nom de guerre de Black'n'White. Grâce à des amis anglais, ils sont parmi les premiers à découvrir les disques de Lonnie Donegan. Pierre et Patrick, forts de plusieurs années de conservatoire de piano, donnent une bonne assise musicale à la formation. Mais bien vite ils sont attirés par les rythmes frénétiques des Shadows et de Cliff Richard. En 1960 ils électrifient leurs guitares, une Hoffner, une Ohio et une basse Hoffner, et les branchent sur des amplis Geloso de fabrication italienne. Plus tard ils joueront sur des Burns puis des Fender. Fiers de leur ville, ils prennent le nouveau nom de Bourgeois De Calais. Comme les parents des frères Lachèvre gèrent la légendaire Salle Centrale, rue de Vic, au cœur de Calais, c'est le lieu idéal pour les répétitions. De formation purement instrumentale, en 1961 ils évoluent comme leurs idoles en s'adjoignant un premier chanteur, rapidement remplacé par André Vasseur (né en 1944) qui, sans suivre totalement l'esprit d'Eddy Mitchell ou Dick Rivers, américanise à moitié son nom en André Gérald. Ce jeune étudiant de Boulogne-sur-Mer, qui a déjà remporté quelques radiocrochets, complète fort bien le groupe. Pour répéter avec eux il doit souvent faire en stop la trentaine de kilomètres qui séparent les deux villes. Tout en continuant leurs études, à l'exception de Jean Guiguet qui travaille à la chambre de commerce, les Bourgeois De Calais, après avoir mis au point plusieurs instrumentaux, classiques du rock et compositions personnelles, assurent leur baptême du feu le 14 juin 1961. Ce jour là ils participent au légendaire festival Rock Across The Channel à Calais où ils remportent la coupe du meilleur groupe européen face à des formations anglaises, belges, françaises et hollandaises, en première partie de Gene Vincent et de leurs idoles les Shadows. Un souvenir inoubliable. Puis, le 7 septembre 1961, toujours à Calais, ils sont les vedettes de l'arrivée de la première étape du Tour du Nord Cycliste, patronné par Nord Littoral où le journaliste Robert Lassus (futur directeur de l'information à RTL) leur consacre un article élogieux. Cet événement se déroule devant 3 000 personnes enthousiastes au parc Richelieu.


PREMIÈRES MAQUETTES

Peu après ils se produisent à la télé régionale et pour les fêtes de fin d'année effectuent leur premier passage au Touquet, au club Normandy. A partir de début 1962, ils animent chaque weekend de nombreux bals dans la région, jouant jusqu'à quatre-cinq heures d'affilée, fort d'un répertoire d'environ deux cents titres dont tous les succès de Cliff Richard & Les Shadows. On les voit aussi à la TV dans la Coupe Age Tendre & Tête De Bois où ils sont félicités par Albert Raisner malgré leur échec. Dans la foulée, au printemps 1962, Philippe Hornez, le représentant des disques Pathé Marconi sur Calais, les recommande à M. Vanest, directeur artistique de cette compagnie. Celuici leur fait réaliser une maquette à Bruay-en-Artois puis une autre à Fouquières-les-Lens où ils interprètent huit chansons dont « Move It » de Cliff Richard, « Whole Lotta Shakin' Goin' On » de Jerry Lee Lewis et leurs compositions « J'Ai Vingt Ans » et « J'Ai Besoin D'Amour ». Ces deux sessions enregistrées en direct font l'objet de deux disques souples 30 cm qui ont malheureusement été perdus. Tout en poursuivant leurs études, ils jouent surtout dans le Nord de la France mais aussi à Paris où ils se font partout applaudir. A Calais, le 17 juin 1962, ils sont de nouveau à l'affiche du festival Rock Across Thé Channel, baptisé en français Festival Rock & Twist Anglo-Français ou encore Invasion Rock'n'Roll, où ils gagnent encore une fois la coupe du meilleur groupe. Au début de l'été 1962, M. Vanest organise une séance d'enregistrement au studuio Pathé de Boulogne-Billancourt. Comme les Bourgeois De Calais assurent un nouveau contrat de deux mois au club Normandy, au Touquet, ce n'est seulement qu'à la fin de leur prestation, à quatre heures du matin, qu'ils prennent la route de Paris à bord d'une camionnette avec chauffeur louée pour l'occasion, en compagnie du bassiste Jean-Raoul Champion et du chanteur Jean-Pierre Bourgade, leurs amis du groupe les Météores. Un premier accident, léger, a lieu à Montreuil-sur-Mer. Tandis que Pierre Lachèvre se débrouille pour rejoindre les studios Pathé et prévenir de leur retard, le reste de la formation avec le chauffeur gagne Boulogne-sur-Mer pour faire réparer d'urgence la camionnette. Là, comble de malchance, dans la côte de Saint-Léonard, ils sont percutés par une Buick au cours d'un second accident beaucoup plus grave où Jean Guiguet est victime d'un éclatement de la rate.


Une des premières photos des Bourgeois De Calais, début 1961, avec André Vasseur au chant prise lors d une répétition à la Salle Centrale de Calais.


AU STUDIO PATHÉ

Les sessions Pathé sont annulées et les Bourgeois De Calais, avec Joël Parmentier (batteur des Loups Noirs de Calais) reprennent leurs galas au Touquet, au Normandy, où ils passent trois fois par jour, à l'apéritif, au thé-dansant et en soirée, remportant un vif succès auprès du public local ou parisien qui passe là ses vacances. Six cents à sept cents personnes les applaudissent chaque nuit. Grâce à leur solide formation musicale et à une bonne sono, ils jouent souvent jusqu'à quatre heures d'affilée et font de nombreux bœufs avec les musiciens de passage. C'est à ce moment qu'André Vasseur quitte le combo pour voler de ses propres ailes, déçu du report de la séance d'enregistrement chez Pathé. Le lendemain, les Bourgeois De Calais, après un bœuf, recrutent le chanteur-guitariste anglais Jeff Parker, qui a l'avantage de parler correctement le français. Très marqué par son compatriote Cliff Richard, Jeff Parker, de son vrai prénom Peter, est lui ausi originaire des Indes. Dorénavant composés de Pierre et Claude Lachèvre (guitares), Patrick Legros (basse), Jean « Bambino » Guiguet (batterie) et Jeff Parker (chant), les Bourgeois De Calais retournent en septembre 1962 au studio Pathé de Boulogne-Billancourt pour enregistrer, enfin, leur premier super 45 tours. A peine remis de son accident de voiture, Jean Guiguet est du voyage, tout comme son remplaçant temporaire, le batteur calaisien Joël Parmentier. Après son rétablissement, Jean « Bambino » Guiguet réintégrera définitivement les Bourgeois De Calais. Ce premier EP propose sur sa face A deux reprises instrumentales de très bonne facture, « Nul Rocker » de B.Bumble & The Stingers et « Les Cavaliers Du Ciel » en concurrence avec les Sunlights (à ne pas confondre avec « Les Cavaliers Du Feu » des Fingers). A ce sujet, il est courant que les Sunlights, et déjà quand ils jouaient sous le nom des Cogonis, fassent appel aux Bourgeois De Calais pour les remplacer au pied levé lorsqu'ils ne peuvent assurer un gala. Sur la face B figurent deux morceaux chantés par Jeff Parker, « J'Ai Besoin D'Amour » et « J'Ai Vingt Ans », tous deux signés Jean-Raoul Champion, bassiste des Météores, autre orchestre de la région. Si celui-ci a bien écrit « J'Ai Vingt Ans », ce sont les Bourgeois De Calais qui ont composé «J'Ai Besoin D'Amour», mais comme Jean-Raoul Champion était inscrit à la SACEM c'est à lui que les deux chansons ont été créditées pour plus de facilité. La très belle photo de pochette montre le groupe posant devant le beffroi et l'Hôtel de ville aux pieds de la statue des célèbres Bourgeois de Calais, sculptée par Rodin. Le choix d'une face instrumentale et d'une chantée n'est nullement imputable au groupe mais revient à leur directeur artistique M. Vanest. Au cours de cette session les Bourgeois De Calais ont encore mis en boîte quatre autres titres de Cliff Richard : « Pointed To Shoes » et « Mighty Good » en anglais, et « La Corde Au Cou » et « Sans Vous Je Suis Fou » (« Without You », également interprété par Vic Laurens sur des paroles de Claude Moine alias Eddy Mitchell) en français, dont les bandes semblent définitivement perdues, plus « Move It » et « Whole Lotta Shaking Goin' On », de Jerry Lee Lewis, ainsi qu'une prise différente de « J'Ai Vingt Ans ». Sur ces trois derniers morceaux, plus « Nut Rocker », Jean Guiguet est à la batterie alors que sur les autres c'est Joël Parmentier qui bat. « J'Ai Vingt Ans » marche très fort dans le Nord de la France où cette chanson est programmée dans tous les juke-boxes. Ce thème est aussi enregistré par leurs copains Jean-Pierre & Les Rebelles. Ce disque, comme le second EP sur Pathé, fait l'objet de deux 45 tours simples. Parallèlement, les Bourgeois De Calais s'équipent d'instruments plus performants. Les guitares Hoffner et Ohio sont remplacées par des Burns achetées en Angleterre d'où ils ramènent aussi un ampli Vox et une chambre d'écho Watkins Copycat. A cela il faut ajouter les baffles majestueuses conçues spécialement pour eux par leur ami Bernard Caulier. Un matériel qui impressionnera même les musiciens chevronnés de Sylvie Vartan et Claude François lors d'un gala commun. Les Bourgeois De Calais jouent également assez souvent à Paris où ils ont la cote, rencontrant à l'occasion Françoise Hardy. A l'automne 1962 ils accompagnent aussi Long Chris, en panne de Dallons, et Moustique au Club Johnny Hallyday à Jouy-en-Josas. Enfin, lors de leur passage au Bowling du bois de Boulogne à Paris, Aldo Martinez, William Benaïm et Tony d'Arpa des Chaussettes Noires ainsi que Jean-Claude Roboly et Gérard Jacquemus des Chats Sauvages viennent les voir.


LA COUPE AGE TENDRE

Le 16 mars 1963, après avoir été sélectionnés lors d'éliminatoires regroupant 117 formations du Nord de la France et de la Belgique, les Bourgeois De Caiais participent de nouveau à la TV, en direct du studio de la RTF à Lille, à la Coupe Age Tendre & Tête de Bois, organisée par Albert Raisner. A 18h30, en duplex avec le Club Saint-Hilaire à Paris, ils triomphent des Sybloses, de Belgique, grâce à leur version de «Whole Lotta Shakin' Goin' On », ainsi que des ex-tenants du titre, les Faux-Frères, de Suisse, installés à Télé-Lyon. Les Bourgeois De Calais recueillent 1 851 voix, les Sybloses 1 426 et les FauxFrères 1 378. En avril, en direct du Salon des Arts Ménagers de Lille, ils sont de nouveau vainqueurs avant de s'incliner, lors de leur troisième prestation, en mai, en compétition avec les Lionceaux de Reims. Toujours à la TV, Les Copains Du Samedi programment aussi les Bourgeois De Calais qui passent également dans plusieurs émissions télévisées régionales. Les projets ne manquent pas côté télé avec le tournage d'un film style cowboy prévu fin juin à Oye-Plage, dans les environs de Calais, produit par Jean Marcello, dont le titre pourrait être « Johnny Rock City » ou « A 17 Ans On N'Est Pas Sérieux ». Les trois rôles-vedette seraient tenus par Lucky Blondo, Jacky Delmone et Jeff Parker, les Bourgeois De Calais assurant la musique avec les Pélicans de Lille. Un projet qui malheureusement n'aboutira pas, tout comme la croisière en Grèce, du 7 au 21 août 1963, conçue par Albert Raisner, et devant faire escale à Chypre, Rhodes et Istanbul. Par contre, sur scène, le 24 mars 1963, ils font un malheur dans leur fief à la Salle Centrale de Calais lors du Festival Rock And Twist organisé par l'Amicale des Sourds-Muets de l'Artois, avec au même programme les Driftin's, Mirages, Mustangs et Vicomt's. Il en est de même au Festival Du Rock de Dunkerque, en compagnie des Costers, Piranhas et Castors. Puis il est question pour Pâques d'une tournée en Allemagne et d'une nouvelle participation au Festival Rock Across The Channel à Calais le 2 juin avec le concours de la chaîne anglaise ATV.


Les Bourgeois de Calais avec leurs trophées de vainqueur de la coupe Age Tendre & Tête de Bois

L'AVENTURE MUSINOR

Grâce au soutien promotionnel du journaliste Robert Lassus de Nord Littoral tout va pour le mieux quand Philippe Hornez, le représentant de chez Pathé Marconi, entreprend au printemps 1963 de créer sa propre marque de disques, Musinor. Il propose alors à Jeff Parker et aux Bourgeois De Calais d'enregistrer pour lui un EP à Bruxelles au studio Decca. Ce magnifique super 45 tours présente en couverture un cliché pris d'une grue du port de Calais. Il contient quatre morceaux remarquables composés et arrangés par Jeff Parker et les Bourgeois De Calais, le splendide slow « Rue De Tristesse », « Je Vous L'Avoue », « Ne Crois Pas Que Je M'En Fous » et « Je Veux, Tu Veux ». Les sonorités des Bourgeois De Calais font merveille sur ces quatre titres. Deux inédits sont également enregistrés lors de cette session, « Street Of Sadness », adaptation anglaise de « Rue De Tristesse » et la démo de l'instrumental « Sur Un Marché Persan », publiés seulement en 1995 en CD. Mais ce disque leur vaut bien des problèmes avec Pathé avec qui ils ont un contrat exclusif. Néanmoins leur foi reste intacte et les Bourgeois De Calais remportent toujours au cours de leurs galas un franc succès auprès du public. En tournée ils se produisent dans le Nord et en Belgique mais aussi au printemps 1963 à la même affiche que Claude François et Sylvie Vartan lors du Festival de l'Andouille à Aire-sur-La-Lys, ainsi qu'avec Gilbert Bécaud, Barbara, etc. C'est à ce moment que Jeff Parker décide de rentrer en Angleterre pour se marier. Il est remplacé par le chanteur des Piranhas, un autre groupe de la région Calais-Dunkerque. Ils effectuent avec lui une tournée dans te Roussillon qui passe par Perpignan où le 14 juillet ils se produisent en direct sur la station régionale de Radio-France. Puis ils continuent sur l'Espagne où ils sillonnent la Costa Brava. En août 1963, ils attaquent une nouvelle saison au Normandy Club du Touquet qui voit le retour de leur premier chanteur André Vasseur, alias André Gérald, rappelé d'urgence pour permettre aux Bourgeois De Calais de poursuivre leurs galas, dorénavant équipés de guitares Fender Stratocaster et Précision Bass, dans le plus pur esprit de leurs idoles les Shadows. Ils jamment encore avec de nombreux musiciens dont le saxophoniste Robert Mavounzy qui les impressionne beaucoup.


Les Bourgeois De Calais en direct à la télévision pour Age Tendre Et Tête De Bois, au printemps 1963. De gauche à droite : Pierre Lachèvre, Patrick Legros. Jeff Parker, Claude Lachèvre et Jean Guiguet.


RETOUR CHEZ PATHÉ

Malgré leur incartade avec Musinor, Pathé leur propose de réaliser un troisième super 45 tours en septembre 1963. Sur la photo, leurs guitares autour du cou, ils posent habillés en moine sur une dune avec derrière eux la mer du Nord. De nouveau ce disque contient deux instrumentaux, « Round And Round », de Hank Marvin, Bruce Welch et Brian Bennett des Shadows, et « Sur Un Marché Persan », sur un arrangement du thème du compositeur classique Ketelbey (aussi enregistré par les PlayBoys et sur lequel Serge Gainsbourg écrira plus tard les paroles de « Ma Lady Héroïne »). Sur ces morceaux Pierre Lachèvre se révèle être un guitariste diablement efficace, bien soutenu par la batterie de Jean Guiguet. De son côté, André Vasseur Gérald assure dignement la succession de Jeff Parker, très à l'aise sur les deux morceaux chantés, « Le Copain Que J'Ai Choisi » et « Hully Baby », respectivement adaptés par André Salvet-Claude Carrère et Jacques « Monty » Bulostin. La présence d'un organiste renforce ici la sonorité des Bourgeois De Calais. Ils mettent encore en boîte un instrumental inédit d'Albert Raisner et une nouvelle adaptation française de « What'd I Say » de Ray Charles avec des paroles différentes de la version des Chats Sauvages et de Sylvie Vartan, « Est-Ce Que Tu Le Sais ? », dont les bandes sont elles aussi introuvables aujourd'hui. Dans la région ils passent de nouveau à Télé-Lille et lors de la Foire-Expo de Lille ils tournent dans la première émission TV en couleurs. On peut aussi les voir dans tous les cinémas de France, avant le film, au cours des actualités Gaumont, en noir et blanc, dans un clip avant l'heure de « Hully Baby » assurant la promotion de leur nouvel EP. Les concerts se poursuivent à raison de deux par semaine, principalement le week-end. A cela il faut ajouter leurs treize prestations télévisées. Mais comme pour beaucoup de groupes de rock'n'twist de l'époque, à commencer par les Chaussettes Noires, le service militaire met un terme à la carrière des Bourgeois De Calais fin 1963.


SÉANCES INÉDITES A LONDRES

Leur dernier gala se déroule un dimanche à Roubaix tandis que le lundi ils partent rejoindre leur casernement. Claude Lachèvre part le premier mais il réussit à se faire réformer peu après. Puis c'est au tour de Patrick Legros et enfin de Pierre Lachèvre qui, sursitaire, a terminé à Paris ses études avec en poche son diplôme de kinésithérapeute et s'est établi dès 1964. André Vasseur tente à son tour de se faire réformer mais sans succès tandis que Jean Guiguet, suite à son accident, est définitivement exempté. Les deux rescapés, Claude Lachèvre et Jean « Bambino » Guiguet, rejoignent alors l'orchestre de bal d'Antonio Morales qui, en 1965, réalise le super 45 tours « No Problem », « Camino Verde », « Ay Mulata » et « Dos Cruces », sur le petit label DMF, sans aucun rapport musicalement avec les excellents disques des Bourgeois De Calais. Pendant ce temps, à Saint-Omer, un autre groupe se fait remarquer. Il s'agit des Yeomen avec le batteur Joël Parmentier qui a joué sur le premier EP des Bourgeois De Calais, « J'Ai Vingt Ans », en 1962. Cette formation comprend encore André Duhamel (ex-Costers) de Boulogne-sur-Mer et trois guitaristes de Saint-Omer dont le soliste Jean-Pier-re Castelain. Ils enregistrent à Lille un super 45 tours pour DMF composé d'instrumentaux de succès des danses à la mode comme le sirtaki. Mais face au refus des Yeomen de financer le pressage de ce disque il n'est pas certain que celui-ci soit paru. Puis, une partie des membres de ce combo fusionnent avec le reste des Bourgeois De Calais qui repartent sur la route sous ce nom. En 1965, les Bourgeois De Calais Claude Lachèvre (guitare) et Patrick Legros (basse), plus Joël Parmentier (batterie), Jean-Pierre Castelain (guitare solo) et Jacques Gressier (orgue), retrouvent Jeff Parker, le 6 décembre, jour de la naissance de la fille de Claude Lachèvre, pour l'enregistrement d'un EP au studio Marble Arch à Londres. N'ayant pu obtenir à temps une permission, Pierre Lachèvre ne peut participer à la séance. A cette occasion ils réalisent les versions françaises de « Ne T'En Fais Pas » (« Don't Worry Baby» des Beach Boys), « 1-2-3 » (de Len Barry dans une adaptation différente de celle de l'ex-Gam's Annie Markan), « Je Veux Parler De Toi » (« Taïkin' About You » de Chuck Berry) et l'original « II Est Temps De Choisir » de Jeff Parker. Malheureusement ce super 45 tours ne sera pas édité et nous découvrirons ces quatre remarquables inédits seulement en 1995, sur le CD Magic.


DERNIER 45 TOURS CHEZ DMF

Puis, en 1966, à Lille, de nouveau pour DMF, les Bourgeois De Calais enregistrent leur ultime super 45 tours avec l'organiste-chanteur calaisien Jacques Gressier (aujourd'hui professeur de musique à Versailles), l'ex-soliste des Yeomen, Jean-Pierre Castelain, et les trois membres originaux Claude Lachèvre (guitare), Patrick Legros (basse) et Jean Guiguet (batterie). Le guitariste Pierre Lachèvre, enfin démobilisé, est là aussi, mais dorénavant derrière la console puisque c'est lui qui assure la réalisation artistique de cet enregistrement avant de retrouver son cabinet de kiné. Ce EP, à la pochette en noir et blanc, propose l'instrumental rhythm'n'blues «Talking About My Girl» de Jimmy McGriff, les reprises de « Michelle » des Beatles et « High Heel Sneakers » de Tommy Tucker popularisé par Jerry Lee Lewis, plus leur composition « Les Filles Dans Le Vent ». Ce disque marque leur chant du cygne et la dernière formule des Bourgeois De Calais qui se séparent peu après. En 1967, Jean-Pierre Castelain (guitare solo, chant), Claude Lachèvre (guitare rythmique), Patrick Legros (basse), Jacques Gressier (claviers, chant) et Joël Parmentier (batterie) reprennent la route sous le nom des Fleurs De Pavot, premier groupe psychédélique/flowerpower français, le temps d'un album chez Mercury enregistré par Bernard Estardy au studio CBE. Managé au départ par Maurice Erath, grossiste en fromage (!), ils sont rapidement pris en main par l'imprésario Jean-Pierre Rawson, qui s'occupe entre autres de Tom Jones en France. En février 1968, les Fleurs De Pavot, patronnés par Mariboro, se produisent dans le cadre des Jeux Olympiques d'hiver à Grenoble dans le spectacle de Johnny Hallyday avec Herbert Léonard. Puis, Jean-Pierre Castelain, après diverses autres expériences, continue une carrière en solo.


L'APRÈS BOURGEOIS DE CALAIS

De son côté, Jeff Parker, qui vit toujours en Angleterre et habite dans le même village que son idole Cliff Richard, est aujourd'hui vendeur de voitures. Il a son studio au fond de son jardin où il réalise, avec son fils Peter âgé de 25 ans, des maquettes dont une reprise instrumentale de son fameux thème « Rue De Tristesse ». André Vasseur enregistre lui pour le label Tiercé Panorama plusieurs covers de hit en 1964 : « Pour Moi Tu Es La Seule » de Johnny Hallyday, « De Ville En Ville » et « J'Y Pense Et Puis J'Oublie » de Claude François, « Un Monde Sans Amour » de Sheila, « Ma Vie » d'Alain Barrière et encore « Le Bonheur N'Est Pas Fait Pour Moi », « Un, Deux, Trois », puis en 1965, chez Riviera, le super 45 tours « Ne Reprend Pas Ton Cœur », « Tu Savais Bien », « Ecoute-Moi » et «S'il N'En Reste Qu'Un ». Il quitte ensuite la chanson pour diriger une société de transports à Boulogne-sur-Mer située sur la côte de Saint-Léonard où eut lieu le terrible accident de camionnette en 1962. Pierre Lachèvre a lui abandonné sa guitare après de sérieuses études médicales qui font de lui un kinésithérapeute réputé à Calais où son frère Claude est devenu chauffeur de direction. Le batteur Jean « Bambino » Guiguet, après avoir travaillé dans une entreprise de transport et tenu un café à Calais, a retrouvé un emploi à la Chambre de commerce. Patrick Legros travaille à Toulouse sur l'Airbus A 320. Enfin Jean-Pierre Castelain a poursuivi sa carrière en solo, avant de s'occuper de Patrick Juvet, notamment. Depuis il dirige un studio d'enregistrement à Lausanne, en Suisse, où il réalise des génériques pour des émissions de télé ou de radio.


Les Fleurs de Pavot avec Patrick Legros (à droite) en 1967.

Parmi les musiciens proches des Bourgeois De Calais, le batteur René Joly (créateur du tube « Chimène » en 1969), lui aussi calaisien, a fait partie des Coasters, une autre formation régionale de l'époque, basée elle à Boulogne-sur-Mer, dont André Vasseur a été le chanteur en compagnie de Philippe Vasseur au saxo, ensuite député du Parti Républicain, sans lien de parenté.


Au Touquet, les Bourgeois De Calais, avec Joël Parmentîer, Claude Lachèvre. Patrick Legros, Jean-Pierre Castelain et Patrick Gressier.


1995 : LE RETOUR DES BOURGEOIS


Le 11 novembre 1995, la photo devant l'Hôtel de ville de Calais, trente-trois ans après celle du premier disque : Claude Lachèvre, Patrick Legros, Jeff Parker, André Vasseur, Pierre Lachèvre et Jean Guiguet.

En septembre 1987, lors du mariage de la fille de Pierre Lachèvre, Marine, les Bourgeois De Calais Patrick Legros, Jean Guiguet, Claude et Pierre Lachèvre se reforment à l'occasion de cet heureux événement. Enfin, avec André Vasseur et Jeff Parker, ils se retrouvent de nouveau le 11 novembre 1995 à Calais pour la sortie de leur CD dans la série « French 60's EP Collection ». A cette occasion Pierre et Claude Lachèvre, Patrick Legros, Jean « Bambino » Guiguet, André Vasseur et Jeff Parker (venu spécialement de Londres) sont tous de la fête pour célébrer ce disque qui compile l'intégrale de leurs quatre super 45 tours, plus huit inédits : « Move It » de Cliff Richard, « Whole Lotta Shakin' Goin' On » de Jerry Lee Lewis, datant de 1962, « Ne T'En Fais Pas » des Beach Boys, « II Est Temps De Choisir » de Jeff Parker, « 1 -2-3 » de Len Barry, « Je Veux Parler De Toi » de Chuck Berry, du EP enregistré à Londres en décembre 1965 et non publié, et enfin « Street Of Sadness », adaptation anglaise de « Rue De Tristesse » et la démo de « Sur Un Marché Persan » de 1963. Cette réunion est marquée par une longue série de dédicaces et une interview sur Radio 6, suivies de la remise de la médaille de la ville par le maire de Calais. En fait, ce qu'il aura manqué aux Bourgeois De Calais c'est un bon manager grâce auquel ils auraient véritablement pu entrer en concurrence avec les Chaussettes Noires et les Chats Sauvages. Néanmoins, il n'empêche que leur carrière, partie de Calais, avec l'aide du journaliste Robert Lassus, représente un fort joli parcours comme en attestent les 24 titres magiques de leur CD.

Jacques Leblanc

Commenter cet article