Le Paris de l’Orient (1849 – 1943) / 上海法租界

Publié le par Marc-Antoine

A la fin du 13ème siècle, Marco polo visita l’Asie, ou il remarqua le formidable décalage creusé dès le 11ème siècle entre l’Europe, encore médiévale et une chine déjà moderne.

La venue des étrangers en chine annonce pour les principales villes de devenir les plaques tournantes du commerce.

 

marco-polo-silk-road.jpg

 

En 1757, le commerce européen et américain est confiné à Guangzhou (Canton), dans l’île de Shamian d’où il ne peut s’exercer que par une guilde de marchands chinois chargés en fait du recouvrement des taxes payées avec l’argent du nouveau monde.

 

 

Les occidentaux ne cessent de prendre un certain intérêt sur le sol Chinois, l’institution militaire européens et américains cessent de régler en dollars, offrent plus qu’ils n’achètent et paient en coton indien puis, à partir de 1830, en opium de contrebande. L’inversion du mécanisme monétaire mène la chine à sa ruine.

 

Les Britanniques sont entrés en conflit avec la chine en 1842 pour lui imposer ses stocks d’opium, cette première guerre de l’opium se solde par un échec au côté des Chinois qui signent le premier des « traités inégaux » qui accorde aux Anglais l’accès au commerce et à la domiciliation dans 5 ports Chinois.

 

C’est ce dont le France est intéressée, posséder des terres en Chine sur lesquels ses compatriotes seraient libres de s’établir et de commercer.

 

C’est la mission de Louis-Charles de Montigny (敏体尼) qui, en départ du port du Havre doit faire une traversée de 8 mois pour rallier Shanghai à bord du Caraïbe accompagné de sa femme, ses enfants et sa belle mère.

 

Louis-Charles-De-Montigny----.jpg

 

Le futur consul obtiendra ce qu’il espérait :

 

Quelques dizaines d’hectares marécageux proches de la rivière Hangpu

Les 200 hectares de la concession Anglaise

Et la cité Chinoise, cœur commercial de Shanghai.

 

concession-Francaise-chinois.jpgconcession-Francaise-chinois-2.jpg


 

Les concessions étrangères qui jouxtent la toute nouvelle concession Française montrent le gros décalage entre la société occidentale et orientale, chose qui était encore le contraire quelques siècles auparavant. Des chaussées et des propriétés splendides changent l’image de la ville au sein des terres tenues par les étrangers, tandis que juste à côté, la vieille cité Chinoise, entourée de hautes murailles de terre battue censées jadis la protéger des pirates Japonais ne compte que des ruelles boueuses ou la misère y règne.

 

Le 06 Avril 1849, date officielle de la proclamation de la concession Française, de Montigny entame son travail et commence à chercher à créer des échanges commerciaux avec la Chine.

Très vite les rues et les routes se pavent, de futurs sublimes platanes sont plantés et les rues sont éclairées. Des magasins de négociations de thé, de soie, de paille à chapeau, de vin, de cacao ou même de conserves ouvrent.

 

concession-francaise-premier-jet.jpg

 

Des rebelles Chinois menacent la dynastie Qing et sèment des troubles à l’extérieur de la concession en 1850. Ne s’impliquant pas dans les affaires entre Chinois, les consulats Américains, Anglais et Français s’organisent pour assurer la sécurité de leur concession respective. Les forces de police sur place nécessitent des finances, c’est pourquoi, les habitants de la concession doivent dorénavant payer des taxes pour assurer la sécurité des concessions.

En 1855, les Britanniques et les Français lancent l’assaut contre la secte des petits couteaux, la rébellion est stoppée nette.

 

Toujours en manque de privilèges, les occidentaux n’améliorent pas leurs relations avec les Chinois et conduits en 1858, à une 2ème guerre de l’opium ainsi que le sac du Palais d’Eté par les troupes Franco-Anglaise. Le traité de Tien-Tsin, 2ème  « traités inégaux » est signé par les Chinois. Désormais, les citoyens étrangers ne dépendent plus que de la justice de leur pays d’origine. Ce nouveau traité attise l’animosité des Chinois mais accélère aussi l’établissement des nombreux étrangers à Shanghai où le commerce ne cesse de s’accroître.

 

Opium-War-2nd.png

 

En 1860, le Lord Elgin arrive à Beijing après la défaite de la Chine à la seconde guerre de l'opium et ordonne la destruction du Palais d'été.

 

En effet, chez les antiquaires de France ou d’Angleterre, on vend encore de nos jours, les trésors volés par nos soldats à Beijing. Les bas reliefs, les portiques et les vases monochromes qu’on ne pouvait emporter furent brisés à coups de crosse et on éventra des cercueils pour y chercher les bijoux.

Comme les Mandchous, nous n’avons guère pensé qu’à remplir nos poches. Si les Chinois résistaient, on leur envoyait des obus. Nos armées laissèrent derrière elles quelques missionnaires qui essayaient de détrôner Confucius au profit du Christ et distribuaient des bibles traduites en Chinois. On n’impose pas une civilisation ou la liberté de l’esprit est présente avec des batteries d’artillerie ou des bombardiers. Comme beaucoup d’anciens colonisés, les Chinois ont raison de refuser les aumônes, on comprend pourquoi ils ont accusé les missionnaires de tous les crimes et arrosé leurs cadavres avec du sang de chien.

 

sac-palais-ete.jpg

 

Entre 1853 et 1866, la révolution des Taiping fait rage et jette sur la route des milliers de villageois qui trouveront refuge dans les concessions.

 

L’année 1863 sonne la réunification des concessions Anglaise et Américaine pour former une concession internationale. Les Français, ayants refusé de perdre leur indépendance  se voit dotée d’une agence de la Compagnie des messageries impériales qui dynamise le quartier.

Cependant la concession internationale reste de loin la plus active, en revanche, le soir, les étrangers et les Chinois fortunés  se pressent du côté Français, car, en effet, c’est la que l’on s’amuse le plus. Restaurants, théâtres, opéras mais aussi maisons de jeux et fumeries d’opium s’y sont multipliés.

 

concession-Francaise-menu-bateau.jpg

 

 

De plus de l’apparition de ces divertissements, la prostitution y élu domicile (on raconte que Shanghai aurait compté 100 000 prostituées), les sociétés secrètes mafieuses comme les autorités trouvent leur intérêts dans ce paradis de la perdition.

La concession Française profite des taxes de ces activités nocturnes à défauts de jouir des commerces florissants.

 

de-montigny-concession.jpg

 

En 1900, tandis que l’insurrection des Boxeurs atteint la capitale, Beijing et rapidement chassée par une expédition internationale à l’issue des 100 jours de Beijing, le Quartier Français de Shanghai s’est étendu sur 144 hectares et compte plus de 90 000 habitants dont seulement 600 étrangers. La construction de ponts, terrassement et jardins voient le jour, ainsi que l’apparition du télégraphe et des premières lignes de chemin de fer et de tramway. Les jésuites participent également à la construction du quartier en fondant des églises, pensionnats, bibliothèques, un observatoire, une maison d’édition et également l’Aurore, qui deviendra bientôt une université renommée ou l’enseignement se pratiquera uniquement en Français.

 

concession-Francaise-tramway.jpg

concession-francaise-tramway2.jpg

carte-voyageurs-concession-francaise-shanghai-tramway.jpg

 

Les Chinois découvre l’art de vivre à la Française grâce aux magasins de mode de l’avenue Joffre (devenue de nos jours Huai Hai Lu 淮海路), les pâtisseries font découvrir la gastronomie de l’hexagone tandis que les salons de thé et les coiffeurs font découvrir les dernières tendances du monde occidental.

 

Huai-hai-lu-----marechal-joffre-concession-Francaise.jpg

 

Les révoltes continues d’agiter la Chine, en 1911 après l’échec d’une insurrection républicaine à Guangzhou (Canton) sous l’impulsion de Sun Yatsen, une rébellion militaire à Wuhan provoque en moins de 2 mois, l’effondrement de l’empire. La République est proclamée le 1er Janvier 1912. Sun Yatsen est le premier président de la Chine avant de se faire remplacer par Yuan Shikai chef des armées du nord le 14 Février. En revanche, en Août, la ligue jurée de Sun Yatsen (Tongmenghui) devient le Guomindang, parti nationaliste.

 

Concession-Francaise-Shanghai-bourgeois-pouss.jpg

 

Pendant ce temps Shanghai poursuit son développement. On y compte maintenant 300 banques et un nombre croissant d’entrepreneurs Chinois qui se lancent dans les affaires.

 

La première guerre mondiale à éclatée en 1914, il faudra attendre Août 1917 pour voir la Chine y entrer en déclarant la guerre à l’Allemagne.

 

Mao-zedong----76-78-.jpg

 

Le 23 Juillet 1921, 13 jeunes Chinois dont un certain Mao Zedong se retrouvent au 106 rue Wantz (de nos jours 76 Xingye Lu). Cette réunion est l’acte fondateur du Parti Communiste Chinois.

 

A partir d’Avril 1927, l’opposition entre les Nationalistes et les Communistes devient lutte à mort quand, Chiang Kaishek, nouveau dirigeant du Guomindang, massacre par surprise tout ce qu’il peut trouver de communistes et de syndicalistes.

 

concession-francaise-guerre-civile-shanghai.jpg


C’est le début de la guerre civile en Chine. Les Occidentaux affrètent une vingtaine de navires de guerre dans le port de la ville pour se protéger mais les enclaves Française et internationale restent relativement épargnées par le conflit.

 

Retranchés dans leurs concessions, les étrangers redoutent autant l'armée nationaliste (des nouvelles venues de Nankin font état de violences xénophobes) que la " subversion " communiste. Mais, alors que les Britanniques essayent de rassurer les résidents de la concession internationale par le renfort de 28 navires de guerre, les Français ne font appel qu'à une compagnie supplémentaire de soldats annamites et à quelques 300 fusiliers marins débarqués des deux navires qui croisent sur le Huangpu.

 

Communistes-Francais-marin-chinois-concession-francaise-s.jpg


A Paris, les étudiants chinois soutiennent le mouvement, obtiennent l'appui des communistes français, lancent des appels à l'insoumission aux marins  envoyés par la France pour protéger la concession. Mais, ayant pénétré de force dans les locaux de la Légation de Chine à Paris pour protester contre le refus d'une autorisation de tenir un meeting, ils sont expulsés ou partent d'eux-mêmes pour rejoindre le centre révolutionnaire qu'est devenu Shanghai. Parmi eux, des leaders - et non des moindres - de la révolution chinoise : Zhou Enlai (周恩來) ou Deng Xiaoping (鄧小平), pour lesquels le séjour en France, malgré ses dificultés, a joué le rôle d'apprentissage.


 

Livre-Francais-concession-shanghai-eleve-chinois.jpg

 

Le commerce suit la langue...

 

En effet, la France considère avoir une mission civilisatrice à accomplir, ayant été rivalisé par les Anglais dans le domaine économique, la France compte sur la diffusion de sa langue et de sa culture pour créer les conditions favorables au renforcement de ses intérêts économiques;

 

Des établissements voient le jour grâce à la collaboration entre religieux et les autorités Françaises.


concession-Francaise-shanghai-ecoles.jpg

 

Les missionnaires se voient confier la gestion et l'enseignement de l'école Franco-Chinoise qu'elle crée en 1886 aux frères Maristes.

Des gravures populaires antichrétiennes sont largement diffusées, qui fustigent le Christianisme et l'intrusion étrangère.

 

concession-Francaise-shanghai-ecoles2.jpg

 

Les établissements français ont assuré la formation des enfants français et étrangers (collège municipal, inauguré en 1911), de réfugiés (école Rémi, pour les enfants russes) mais aussi des jeunes issus de la petite bourgeoisie chinoise (école municipale) aux fins d'intégration à l'administration française ou d'une future élite que l'on souhaitait se concilier (université l'Aurore).


 L'université jésuite Aurore ouvre ses portes en 1903. Elle comprend quatre départements, littérature, philosophie, mathématiques, sciences naturelles, qui ont été reconnus par les nouvelles autorités dès les débuts de la République en 1912. L'enseignement, d'un niveau remarquable, s'enrichit en 1914 de trois facultés : Lettres-Droit, Médecine , Génie civil et c'est à Aurore qu'on été formées la plupart des élites et dirigeants chinois. Ils seront à la tête de grandes entreprises telles les centrales électriques de Shanghai, les compagnies de chemin de fer ou les tramways de Pékin. Les diplômes étaient reconnus par les gouvernements chinois et français.

 

concession-Francaise-shanghai-ecoles-aurore-diplome.jpg

 

Jusqu’en 1927, dans le cas d’un différend avec les blancs, les Chinois étaient jugés dans leur propre pays par des tribunaux étrangers.

 

La population du quartier Français ne cesse de s’accroître et permet à la ville de se classer 5ème au rang mondial devant Chicago. 430 000 Chinois et 12 000 étrangers dont 10 % Français y habitent.

 

Malheureusement, Shanghai arrivent à la fin de ses beaux jours, et se voit rentrer dans une période sombre. En 1932, la ville subit à la fois une attaque Japonaise qui prendra le contrôle de la ville et une crise économique liée à la réévaluation monétaire.

 

Concession-Francaise-Shangha1937-guerre-jap2.jpg

A l'entrée de la concession, un détachement de soldats Français montait la garde devant un petit blockhaus lors de l'attaque de la ville par les Japonais en 1932.

 

Une nouvelle guerre Sino-Japonaise éclate après le massacre de Nankin en 1937. Le quartier Nantao subit des bombardements et, une fois encore les concessions accueillent des milliers de réfugiés.

 

Concession-Francaise-Shangha1937-guerre-jap.jpg

 

Tank-Japonais-cocnession-Francaise-shanghai.jpg

Tank Japonais Type 94 TK à l'entrée de la concession Française en Juillet 1940.


 Le gouvernement Nationaliste est contraint de trouver refuge à Chongqing et de faire front uni avec les Communistes contre l’ennemi Nippon. Celui-ci ne quitte la Chine qu’au moment ou il perd la guerre.

 

La 2ème guerre mondiale n’a pas encore commencée que le 3ème Reich annexe l’Autriche : les réfugiés juifs arrivent dans le port de Shanghai, seul port au monde n’exigeant pas de visa.

La France alors occupée par les Allemands pendant la guerre, rend le quartier Chinois aux autorités du pays sous la pression.

En 1945, Charles de Gaulle ne cherchera pas à reprendre la concession, les derniers occidentaux quitteront bientôt Shanghai.


 

concession-francaise-shanghai-fin.jpg

 

Aujourd’hui, à Shanghai, les traces de l’ancienne concession Française sont toujours visibles, les quartiers à la mode Française existent toujours, l’Aurore avec ses 110 d’existence est toujours une université et les platanes () (arbres Français en Chinois) témoignent toujours de cette page d’histoire de la France sur le sol Chinois.

 

sculpture-concession-francaise_photos1_2_13_122_12129_med.jpg

 

le-parc-Fuxing-amenage-en-1909-par-les-francais.jpg

concession-francaise-shangai-cite-bourgogne.jpg

  le parc Fuxing a été aménagé en 1909 par les français

 

Marc-Antoine.

 

 

NOM ACTUEL / ANCIEN NOM

 

Changle Lu / Rue Bourgeat
Danshui Lu / Rue Chapsal
Donghu Lu / Route Doumer
Fenyang Lu / Rue Pichon
Fumin Lu / Route de l’Amiral Coubert
Fuxing Xi Lu / Route Gustave de Boissezon
Fuxing Zhong Lu / Rue Lafayette

Gaoan Lu / Route Cohen
Gaolan Lu / Rue Corneille

Hengshan Lu / Avenue Petain
Huaihai Lu / Avenue Joffre
Jianguo Dong Lu / Route de Conty
Jianguo Lu / Rue Chevalier
Jianguo Xi Lu / Route J. Frelupt

Jinling Xi Lu / Avenue Foch (Est)
Fuxing Zhong Lu / Rue Lafayette
Maoming Nan Lu / Route du Cardinal Mercier
Renmin Lu / Boulevard des Deux Republiques
Ruijin Er Lu / Route du Pere Robert
Sichuan Nan Lu / Rue Montauban
Xiangshan Lu / Rue Moliere
Xiangyang Nan Lu / Rue de la Tour
Xingang Lu / Rue Marcel Tillot
Xingle Lu / Rue Paul Henry
Xizang Nan Lu / Boulevard de Montigny

Yanan Zhong Lu / Avenue Foch (Ouest)
Yongkang Lu / Rue Remi
Yueyang Lu / Route de Ghisi

 

------histoire-concession-francaise.jpg

Publié dans Chine - 华夏

Commenter cet article